» » Guyane : Un ravageur bien connu

Guyane : Un ravageur bien connu

Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758. Montagne de Kaw (ex pupa). Photo : F. Bondil

1. Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758. Montagne de Kaw (ex pupa). Photo : F. Bondil

 

(Cliquer sur les photos pour un meilleur effet !)

Un ravageur bien connu … Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758

par François Bondil

Certains représentants du genre Brassolis, inféodés aux monocotylédones, sont déclarés «d’intérêt économique» en raison par exemple des ravages qu’ils causent régulièrement aux cocoteraies américaines. Dans l’état actuel des connaissances, une seule espèce, sophorae, est présente en Guyane (photo 1). Je l’y ai rencontrée sur des palmiers, des cocotiers et plus rarement des bananiers (photo 12). À plusieurs reprises, je l’ai élevée sur Veitchia merrillii (photo 2), un palmier d’ornementation qu’elle se plaisait à coloniser.

Veitchia merrillii (Arecaceae), un palmier d'ornementation que colonisent les chenilles de Brassolis sophorae. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), 15 juillet 2007. Photo : F. Bondil

2. Veitchia merrillii (Arecaceae), un palmier d’ornementation que colonisent les chenilles de Brassolis sophorae. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), 15 juillet 2007. Photo : F. Bondil

Les chenilles, grégaires, passent le jour regroupées dans de vastes nids (photos 4 et 5) en forme de sacs, constiués de folioles assemblées par des soies et comptant plusieurs centaines d’individus, elles les quittent au crépuscule pour se nourrir.

Chenille de Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2007. Photo : F. Bondil

3. Chenille de Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2007. Photo : F. Bondil

Palmier (Arecaceae : Veitchia merrillii) infesté par des chenilles de Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2007. Photo : F. Bondil

4. Palmier (Arecaceae : Veitchia merrillii) infesté par des chenilles de Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2007. Photo : F. Bondil

Palmier (Arecaceae : Veitchia merrillii) infesté par des chenilles de Brassolis sophorae. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2007. Photo : F. Bondil

5. Palmier (Arecaceae : Veitchia merrillii) infesté par des chenilles de Brassolis sophorae. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2007. Photo : F. Bondil

Palmier infesté par des chenilles de Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2007. Photo : F. Bondil

6. Palmier infesté par des chenilles de Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2007. Photo : F. Bondil

À leur dernier stade, elles atteignent 7 cm et sont extrêment voraces, défoliant complètement leur palmier-hôte en quelques jours, avant de se consacrer (photo 6) au voisin ou, parfois, à un bananier (photo 12). Après environ deux mois à l’état larvaire, elles quittent leur hôte pour se nymphoser (photo 7) sur les supports verticaux qu’elles trouvent aux alentours, il n’est ainsi pas rare de trouver des chrysalides sur les parois des habitations du bourg de Roura.

Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758 : prénymphose. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2008. Photo : F. Bondil

7. Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758 : prénymphose. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2008. Photo : F. Bondil

À une exception près (photo 8), toutes les chrysalides que j’ai pu observer présentaient le même chromatisme (photos 9 et 10). Le stade nymphal dure environ deux à trois semaines.

Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758 : chrysalide aberrante. Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2008. Photo : F. Bondil

8. Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758 : chrysalide «aberrante». Montagne de Kaw, D6, PK 29 + 0.5 (Guyane française), juillet 2008. Photo : F. Bondil

Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758 : chrysalides à J-2 avant émergence. Août 2010. Photo : F. Bondil

9. Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758 : chrysalides à J-2 avant émergence. Août 2010. Photo : F. Bondil

Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758 : émergence en métropole en août 2008. Photo : F. Bondil

10. Brassolis sophorae LINNAEUS, 1758 : émergence en métropole en août 2008. Photo : F. Bondil

Après émergence (photo 10), les adultes volent très peu (essentiellement au crépuscule et en début de nuit) et ne se nourissent pas … leur proboscis est vestigial (photo 11).

Brassolis sophorae : le proboscis vestigial et la massue antennaire aplatie. Photo : F. Bondil

11. Brassolis sophorae : le proboscis vestigial et la massue antennaire aplatie. Photo : F. Bondil

Leur durée de vie à l’état adulte est de ce fait relativement courte (à peine deux semaines en captivité) et il ne faut pas espérer capturer cette espèce au piège à fruits fermentés, pourtant si efficace avec les autres Brassolini. Fait remarquable étant donné le très fort taux de parasitage que subissent mes autres «élevages» guyanais, je n’ai jamais observé de chenilles ou de chrysalides parasitées chez B. sophorae.

Finalement, et assez paradoxalement (car ayant donné son nom à l’ancienne famille des Brassolidae, désormais tribu des Nymphalidae), le genre Brassolis diffère considérablement des autres Brassolini, ne serait-ce que par la morphologie des chenilles (absence de cornes céphalliques et d’appendices caudaux) et des adultes (entre autres au niveau des massues antennaires, de la trompe et de l’allure générale), mais encore, semblerait-il, par leur biologie.

Bananier, montagne de Kaw, Guyane, 13 juillet 2007. Photo : F. Bondil

12. Bananier, montagne de Kaw, Guyane, 13 juillet 2007. Photo : F. Bondil

.

Répondre