» » Les Papillons diurnes des Hautes-Lisières en 2009

Les Papillons diurnes des Hautes-Lisières en 2009

Le but de cet article est de présenter comment, au fil de l’année et au sein d’un périmètre réduit, se manifestent des papillons diurnes, le plus souvent communs ou très communs. Ce texte s’adresse ainsi à l’amateur curieux et non pas à l’entomologiste expert.

Ce périmètre réduit est celui de la partie sud-est du hameau des Hautes-Lisières (commune de Rouvres, 28260). Comme on le constate sur la carte et sur la photo satellite ci-dessous, ce terroir associe forêts (feuillus pour l’essentiel) et champs ouverts (blé, colza, prés). À l’emplacement désigné par le pointeur, l’altitude est de 130 m ; elle diminue légèrement vers le thalweg qui se situe là où la D21 traverse une lisière entre bois et champs (115 m). La distance entre ces deux points cotés est d’un peu plus de 500 m. Le pointeur indique aussi un carrefour entre plusieurs chemins : nous retiendrons celui partant vers le sud à travers bois (jusqu’à la cote 132) et celui partant vers le sud-est, rejoignant la D21-7 après un petit pont au niveau du talweg (lieudit “Les Montauderies”). Nombre des photos qui suivent ont été prises le long de ces deux chemins ; les autres provenant soit d’un jardin (juste au nord du point 130) ou des prés s’allongeant entre le petit pont et le point 115.

(Cliquer sur les cartes et sur les photos pour un meilleur effet !)

Carte géoportail IGN

Carte géoportail IGN

Photo-satellite IGN

Photo-satellite IGN

Les papillons figurant dans cet article sont des Rhopalocères de la zone paléarctique (Europe, Afrique du Nord, Sibérie, Chine centrale et du Nord). Quelques exceptions : la Zygène est un hétérocère ; Vanessa cardui est un migrateur d’origine africaine (zone afro-tropicale).

Nous présenterons ces papillons selon le moment de leur apparition au cours de l’année et en les groupant par famille. On notera que, ces dernières années, nous n’avons pas observé un seul représentant de la famille des Papilionidae (espèce la plus connue en France :
Papilio machaon).

Mars & Avril : les “survivants”

Les premiers lépidoptères visibles, dès les premiers beaux jours, sont ceux qui ont hiverné et qui ont une durée de vie de plusieurs mois, à la différence de la plupart des papillons que ne vivent comme adultes (imagos) que quelques jours ou semaines. On peut ainsi rencontrer aux Hautes-Lisières, dans la maison ou dans la grange, en plein hiver, Nymphalis polychloros (la “Grande tortue“) LINNAEUS, 1758 (non photographié). Ces “survivants” sont souvent “frottés” : au fil du temps, ils ont perdu une bonne partie des écailles de leurs ailes et ils portent les cicatrices de rencontres avec des prédateurs ou de déchirures dans la végétation.

Inachis io LINNAEUS, 1758, sur fleurs de prunier du jardin. Les Hautes-Lisières, 3 avril 2009. Photo : J.-M. Gayman

Inachis io LINNAEUS, 1758, sur fleurs de prunier du jardin. Les Hautes-Lisières, 3 avril 2009. Photo : J.-M. Gayman

Inachis io LINNAEUS, 1758, "frotté" sur fleurs de prunier, dans le jardin. Les Hautes-Lisières, 3 avril 2009. Photo : J.-M. Gayman

Inachis io LINNAEUS, 1758, “frotté” sur fleurs de prunier, dans le jardin. Les Hautes-Lisières, 3 avril 2009. Photo : J.-M. Gayman

Polygonia c-album LINNAEUS, 1758, "frotté" sur fleurs de prunier, dans le jardin. Les Hautes-Lisières, 3 avril 2009. Photo : J.-M. Gayman

Polygonia c-album LINNAEUS, 1758, “frotté” et lacéré sur fleurs de prunier, dans le jardin. Les Hautes-Lisières, 3 avril 2009. Photo : J.-M. Gayman

Gonopteryx rhamni LINNAEUS, 1758, "frotté" sur Pissenlit commun (jardin). Les Hautes-Lisières, 5 avril 2009. Photo : J.-M. Gayman

Gonopteryx rhamni LINNAEUS, 1758, “frotté” sur Pissenlit commun (jardin). Les Hautes-Lisières, 5 avril 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa atalanta LINNAEUS, 1758, en forêt. Les Hautes-Lisières, 8 mai 2009. Les Hautes-Lisières. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa atalanta LINNAEUS, 1758, en forêt. Les Hautes-Lisières, 8 mai 2009. Les Hautes-Lisières. Photo : J.-M. Gayman

Noms communs de ces papillons :
Inachis io : “Le paon du jour” (Nymphalidae)
Polygonia c-album : “Robert le diable” (Nymphalidae)
Vanessa atalanta : “Le Vulcain” (Nymphalidae)
Gonopteryx rhamni : “Le Citron” (Pieridae).

Avril & Mai : les “avant-gardistes”

Dès avril, apparaissent de nouveaux papillons (nouvelle génération). Voici les plus précoces.

Satyridae

Pararge aegeria LINNAEUS, 1758, femelle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 8 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pararge aegeria LINNAEUS, 1758, femelle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 8 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Coenonympha pamphilus LINNAEUS, 1758, en forêt. Les Hautes-Lisières, 8 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Coenonympha pamphilus LINNAEUS, 1758, en forêt. Les Hautes-Lisières, 8 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Noms communs :
Pararge aegeria : “Le Tircis”
Coenonympha pamphilus : “Le Procris”
Le premier ne fréquente que la forêt (ou la lisière). Le second se rencontre un peu partout ; il abonde, notamment, dans la pelouse du jardin. Ces deux espèces sont polyvoltines (deux à trois générations annuelles) : on peut ainsi les observer pendant la majeure partie de l’année.

Pieridae

Anthocharis cardamines LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 9 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Anthocharis cardamines LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 9 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris napi napi LINNAEUS, 1758, mâle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 8 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris napi napi LINNAEUS, 1758, mâle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 8 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Ces deux rhopalocères fréquentent des biotopes très divers (forêt, lisière, prés, jardins). Pieris napi devient rapidement l’un des papillons les plus communs et les plus ubiquistes. Par contre, Anthocharis cardamines disparaît des Hautes-Lisières avant même la fin mai. Noms communs :

Anthocharis cardamines : “L’Aurore”
Pieris napi napi : “La Piéride du navet

Nymphalidae

Au printemps 2009, Vanessa (Cynthia) cardui (la “Belle dame”) s’est manifestée des les premiers jours de mai en avant-garde d’une série de vagues migratrices exceptionnelles (voir cette page).

Vanessa cardui LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières (28), 10 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa cardui LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières (28), 10 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Au même moment, la nouvelle génération de “Robert le Diable” est encore à l’état de chenille :

Chenille de Polygonia c-album LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo ; J.-M. Gayman

Chenille de Polygonia c-album LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo ; J.-M. Gayman

Satyridae

Un papillon qui affectionne les milieux secs (terre dénudée, rochers) : “La mégère” (recto et verso) :

Lasiommata megera LINNAEUS, 1767, mâle. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Lasiommata megera LINNAEUS, 1767, mâle. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Lasiommata megera LINNAEUS, 1767, mâle. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Lasiommata megera LINNAEUS, 1767, mâle. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Lycaenidae

Quelques lycènes se sont montrés assez tôt en 2009 (contrairement à l’année précédente). Ils volent surtout dans un biotope précis : un pré non fauché où abondent les fleurs.
localisation_des_lycènes.jpg
Localisation de la majorité des lycènes

Lisière et prairie, près des Hautes-Lisières ; biotope de nombreux lycènes, de Pyronia tithonus, etc. Photo prise le 31 mai 2009, J.-M. Gayman

Lisière et prairie, près des Hautes-Lisières ; biotope de nombreux lycènes (mais aussi de Pyronia tithonus, etc.). Photo prise le 31 mai 2009, J.-M. Gayman

Lycène. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Polyommatus icarus ROTTEMBURG, 1775, mâle, verso. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Aricia agestis DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775, mâle. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Aricia agestis DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775, mâle. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Celastrina argiolus LINAAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Celastrina argiolus LINAAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Callophrys rubi LINNAEUS, 1758, dans le jardin. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Callophrys rubi LINNAEUS, 1758, dans le jardin. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Noms communs :

Aricia agestis : “Le collier de corail”
Celastrina argiolus : “L’Azuré des nerpruns”
Callophrys rubi : “L’Argus vert”

Hesperiidae

Carcharodus alceae ESPER, 1780. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Carcharodus alceae ESPER, 1780. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pyrgus malvae LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pyrgus malvae LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 29 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Noms communs de ces hespéries, observées à proximité des lycènes :
Carcharodus alceae : Hespérie de l’alcée
Pyrgus malvae : Hespérie de la mauve

Juin & Juillet : les “gros bataillons”

À partir de la seconde moitié de juin, le nombre de papillons augmente considérablement, aussi bien sur le plan des espèces que sur celui des individus. Melanargia galathea, Pyronia tithonus, Inachis io, Pieris napi, Pieris rapae, et surtout Maniola jurtina sont les espèces les plus abondantes. Ce dernier se rencontrant en grande quantité dans tous les biotopes (de même pour Pieris napi et Pieris rapae).

Pieridae

Pieris napi napi LINNAEUS, 1758, femelle, seconde génération, en forêt. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris napi napi LINNAEUS, 1758, femelle, seconde génération, en forêt. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris napi napi LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris napi napi LINNAEUS, 1758, seconde génération, femelle. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris rapae, LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris rapae, LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris rapae, LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris rapae, LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

L’observateur différenciera assez facilement Pieris napi de P. rapae en comparant les versos : la seconde a les ailes postérieures jaunâtres et la première présente une suffusion noire caractéristique le long des nervures.

Pieris rapae LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris rapae LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris brassicae LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris brassicae LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Noms communs :
Pieris rapae : Piéride de la rave
Pieris brassicae : Piéride du chou
Aux Hautes-Lisières, c’est Pieris napi qui semble la plus précoce, suivie par Pieris rapae et P. brassicae. Les trois espèces sont polyvoltines : c’est l’un des facteurs expliquant la fréquence de ces papillons (moindre pour P. brassicae), hôtes des biotopes les plus divers.

Colias alfacariensis RIBBE, 1905, mâle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias alfacariensis RIBBE, 1905, mâle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785, femelle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785, femelle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785, femelle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785, femelle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785, femelle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785, femelle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman.
Les Colias s’obstinant à se poser les ailes toujours refermées, pour en exposer la face supérieure, il a fallu capturer l’insecte et le maintenir déployé à l’aide d’une pince. L’opération réalisée, cette femelle a été relâchée.

Colias croceus : le “souci”
Colias alfacariensis : le “fluoré”

Gonopteryx rhamni LINNAEUS, 1758, mâle, sur fleur de ronces. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Gonopteryx rhamni LINNAEUS, 1758, mâle, sur fleur de ronces. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Gonopteryx rhamni LINNAEUS, 1758, femelle, sur fleur de cirse. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Gonopteryx rhamni LINNAEUS, 1758, femelle, sur fleur de cirse. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Autre Pieridae vue, mais non photographiée :

Leptidea sinapis (“Piéride de la moutarde”) LINNAEUS, 1758, fin juin : rare ici (commun ailleurs) ;

Satyridae

Melanargia galathea LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Melanargia galathea LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Melanargia galathea LINNAEUS, 1758, femelle, verso. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Melanargia galathea LINNAEUS, 1758, femelle, verso. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Biotope de Melanargia galathea. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Biotope de Melanargia galathea. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Melanargia galathea (nom commun : “le demi-deuil”) fréquente une grande diversité de biotopes : néanmoins, on le trouve surtout dans les prés à partir de la fin juin où il devient très commun.

Maniola jurtina LINNAEUS, 1758, femelle, en forêt. Les hautes-Lisières, 26 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Maniola jurtina LINNAEUS, 1758, femelle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 26 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Maniola jurtina LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Maniola jurtina LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Maniola jurtina LINNAEUS, 1758, mâle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Maniola jurtina LINNAEUS, 1758, mâle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Le “Myrtil” s’avère de très loin le papillon le plus commun aux Hautes-Lisières. Il se rencontre partout en grande quantité, dès la fin juin, aussi bien en forêt que dans les champs. J’en ai compté 89 dans le jardin, le 27 juin, vers 15 h, en dix minutes.

Forêt et champ, biotopes de nombreuses espèces. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Forêt et champ, biotopes de nombreuses espèces. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pyronia tithonus, LINNAEUS, 1771, mâle. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pyronia tithonus, LINNAEUS, 1771, mâle. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Deux Pyronia tithonus, LINNAEUS, 1771, dont un mâle au centre. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Deux Pyronia tithonus, LINNAEUS, 1771, dont un mâle au centre. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Allée forestière : biotope d'Aphantopus hyperantus, Ladoga camilla. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Allée forestière : biotope d’Aphantopus hyperantus, Ladoga camilla. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Localisation du biotope d'Aphantopus hyperantus.

Localisation du biotope d’Aphantopus hyperantus.

Aphantopus hyperantus LINNAEUS, 1758, mâle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 9 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Aphantopus hyperantus LINNAEUS, 1758, mâle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 9 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Aphantopus hyperantus LINNAEUS, 1758, femelle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Aphantopus hyperantus LINNAEUS, 1758, femelle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Aphantopus hyperantus (“Le tristan”) est uniquement forestier et semble très localisé (deux emplacements seulement reconnus).

Allée forestière : biotope d'Aphantopus hyperantus, Ladoga camilla. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Allée forestière : biotope d’Aphantopus hyperantus, Ladoga camilla. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Nymphalidae

Aglais urticae LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Aglais urticae LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Ce papillon (la “petite tortue”), jadis commun, se raréfie : nous n’avons vu que ce seul exemplaire aux Hautes-Lisières en 2009.

Ladoga camilla LINNAEUS, 1763. Les Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Ladoga camilla LINNAEUS, 1763. Les Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Ladoga camilla, LINNAEUS, 1763, verso. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Ladoga camilla, LINNAEUS, 1763, verso. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Le “Petit sylvain”, strictement forestier, aime butiner les fleurs des ronces. Commun, il l’est peut-être un peu moins qu’en 2008.

Début juillet, c’est la réapparition (nouvelles générations) de Vanessa atalanta, Inachis io. Ces deux espèces volent dans tous les milieux, la seconde étant nettement beaucoup plus abondante.

Vanessa atalanta LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa atalanta LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Deux Inachis io se réchauffant au soleil, vers 10 h le 10 juillet 2009. Les Hautes-Lisières. Photo : J.-M. Gayman

Deux Inachis io se réchauffant au soleil, vers 10 h le 10 juillet 2009. Les Hautes-Lisières. Photo : J.-M. Gayman

Inachis io LINNAEUS, 1758, se réfugiant dans les blés par temps nuageux. Les Hautes-Lisières, 11 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Inachis io LINNAEUS, 1758, se réfugiant dans les blés par temps nuageux. Les Hautes-Lisières, 11 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Inachis io LINNAEUS, 1758, se réfugiant dans les blés par temps nuageux. Les Hautes-Lisières, 11 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Inachis io LINNAEUS, 1758, se réfugiant dans les blés par temps nuageux. Les Hautes-Lisières, 11 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Polyginia c-album LINNAEUS, 1758, verso. Les Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Polyginia c-album LINNAEUS, 1758, verso. Les Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Polygonia c-album LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Polygonia c-album LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Après une forte diminution des effectifs présents à la fin juin, Vanessa cardui est de nouveau présente en force, début juillet, avec des individus “frais” : il s’agit de la seconde génération composée de la progéniture des imagos migrateurs arrivés du Maroc début mai.

Vanessa (Cynthia) cardui LINNAEUS, 1758, butinant une fleur de Cirse. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa (Cynthia) cardui LINNAEUS, 1758, butinant une fleur de Cirse. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Clairière : biotope d'Apatura iris et Polygonia c-album. Cynthia cardui et Inachis io y viennent en nombre butiner les fleurs de Cirses. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Clairière : biotope d’Apatura iris et Polygonia c-album. Cynthia cardui et Inachis io y viennent en nombre butiner les fleurs de Cirses. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa cardui LINNAEUS, 1758, butinant des fleurs de Cirse lancéolé. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa cardui LINNAEUS, 1758, butinant des fleurs de Cirse lancéolé. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa cardui LINNAEUS, 1758, butinant une fleur de Cirsium vulgare. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa cardui LINNAEUS, 1758, butinant une fleur de Cirsium vulgare. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Buisson fleuri où butinent surtout Inachis io et Cynthia cardui. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Buisson fleuri où butinent surtout Inachis io et Cynthia cardui. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa (Cynthia) cardui LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa (Cynthia) cardui LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 12 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

En 2008, la Belle dame s’était avérée plutôt rare aux Hautes-Lisières et ne s’était pas manifestée avant la fin juin. En 2009, des milliers d’individus parcourent tous les biotopes (forestiers ou champêtres, prés ou jardins), en deux vagues (mai et début juin, début juillet). Araschnia levana (la “carte géographique”) est également bien présent, cependant, beaucoup plus inféodé au milieu forestier.

Araschnia levana LINNAEUS, 1758, forme prorsa, femelle. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Araschnia levana LINNAEUS, 1758, forme prorsa, femelle. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Araschnia levana LINNAEUS, 1758, forme prorsa, mâle. Les Hautes-Lisières, 15 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Araschnia levana LINNAEUS, 1758, forme prorsa, mâle. Les Hautes-Lisières, 15 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura ilia DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775, mâle, verso. Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura ilia DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775, mâle, verso. Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura ilia DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775, mâle. Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura ilia DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775, mâle. Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura ilia DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775, mâle. Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura ilia DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775, mâle. Hautes-Lisières, 27 juin 2009. Photo : J.-M. Gayman

Biotope d'Apatura ilia, Pararge aegeria. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Biotope d’Apatura ilia, Pararge aegeria. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura ilia (le “petit mars changeant”) ne se rencontre que le long de l’allée orientée nord-ouest/sud-est, aussi bien dans sa partie entièrement boisée que dans son parcours en lisière. Il faut beaucoup de chance pour le voir de près : l’animal fréquente le sommet des arbres, vole vite, ne butine pas les fleurs et ne se pose que rarement au sol pour “mud-puddler” (le lépidoptère absorbe les sels minéraux sur un sol humide : c’est le cas du spécimen enfin photographié après plusieurs jours de recherche). Apatura iris (le “grand mars changeant”) adopte le même comportement et ne se manifeste (dans le périmètre défini en début d’article) que dans une clairière (également habitée par Aphantopus hyperantus), ouverte sur le chemin nord/sud, où il patrouille rapidement et se posant parfois sur le sol pour se chauffer au soleil ou pour pomper l’urine d’un chien ou d’un renard (comme sur ces photos).

Apatura iris LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura iris LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura iris LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura iris LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura iris LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Apatura iris LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

On remarquera que la photo d’Apatura iris réalisée en 2008 (article “Lépidoptères de la forêt de Dreux“) a été prise exactement au même endroit : belle continuité dans le comportement d’individus de la même espèce d’une année sur l’autre !

Argynnis paphia LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : Jean-Marc Gayman

Argynnis paphia LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes-Lisières, 13 juillet 2009. Photo : Jean-Marc Gayman

Issoria lathonia LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Issoria lathonia LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Mellicta athalia ROTTEMBURG, 1775, mâle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : Jean-Marc Gayman

Mellicta athalia ROTTEMBURG, 1775, mâle, en forêt. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : Jean-Marc Gayman

Parmi ces trois derniers nymphalidae, Argynnis paphia (le “tabac d’Espagne”) et Mellicta athalia (la “mélitée des mélampyres”) sont forestiers alors qu’Issoria lathonia (le “petit nacré”) est plus ubiquiste (forêt, prairies sèches, jardins). Ailleurs en France, ce sont trois espèces communes. Aux Hautes-Lisières, elles sont plutôt rares (surtout A. paphia : un seul exemplaire rencontré en deux ans). A. paphia raffole des fleurs de ronces.

Lycaenidae

Satyrium ilicis ESPER, 1779. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J-M. Gayman

Satyrium ilicis ESPER, 1779, mâle. Les Hautes-Lisières, 10 juillet 2009. Photo : J-M. Gayman

Satyrium spini DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Satyrium ilicis ESPER, 1779, femelle. Les Hautes-Lisières, 14 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Satyrium ilicis (le “thécla de l’yeuse”) est photographié dans ce pré fréquenté par les autres lycènes et adopte aussi un biotope forestier (seconde photo), celui-là même habité par Aphantopus hyperantus. Lycaena phlaeas (le “cuivré commun”) s’observe aussi bien dans le pré fleuri que dans le jardin.

Lycaena phlaeas, LINNAEUS, 1761, mâle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Lycaena phlaeas, LINNAEUS, 1761, mâle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Lycaena phlaeas, LINNAEUS, 1761, mâle, verso. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Lycaena phlaeas, LINNAEUS, 1761, mâle, verso. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Celastrina argiolus LINAAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Celastrina argiolus LINAAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Polyommatus icarus ROTTEMBURG, 1775, mâle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Polyommatus icarus ROTTEMBURG, 1775, mâle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Polyommatus icarus ROTTEMBURG, 1775, mâle, verso. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Polyommatus icarus ROTTEMBURG, 1775, mâle, verso. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Aricia agestis DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775, femelle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Aricia agestis DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775, femelle. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Hesperiidae

Ochlodes faunus TURATI, 1905. Les Hautes-Lisières, 9 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Ochlodes faunus TURATI, 1905. Les Hautes-Lisières, 9 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Ochlodes faunus (la “sylvaine”), commun, se rencontre en forêt ou en lisière de bois.

Ochlodes faunus, TURATI, 1905, mâle & femelle in copula. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Ochlodes faunus, TURATI, 1905, mâle & femelle in copula. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Carcharodus alceae ESPER, 1780. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Carcharodus alceae ESPER, 1780. Les Hautes-Lisières, 16 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Hétérocères

Zygaenidae

Zygaena ephialtes LINNAEUS, 1767, butinant Scabiosa columbaria. Les Hautes-Lisières, 11 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Zygaena ephialtes LINNAEUS, 1767, butinant Scabiosa columbaria. Les Hautes-Lisières, 11 juillet 2009. Photo : J.-M. Gayman

Noctuidae

Noctuidae : cuculliinae : chenilles de Shargacucullia scrophulariae DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Noctuidae : cuculliinae : chenilles de Shargacucullia scrophulariae DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Noctuidae : cuculliinae : chenille de Shargacucullia scrophulariae DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Noctuidae : cuculliinae : chenille de Shargacucullia scrophulariae DENIS & SCHIFFERMÜLLER, 1775. Les Hautes-Lisières, 30 mai 2009. Photo : J.-M. Gayman

Septembre – Octobre : l’arrière-garde

En septembre, et en octobre surtout, ne volent que les espèces plurivoltines (plusieurs générations dans l’année : comme Pieris rapae ou Vanessa cardui, ou ayant une longue période de vie de l’imago (Vanessa atalanta, Inachis io) . Dès la fin de l’été, Maniola jurtina, si abondant en juillet, se raréfie pour disparaître fin septembre. Par contre, cet automne 2009, les Colias sont très présents (bien plus qu’en 2008 et qu’en 2007). La Belle dame (Vanessa cardui) demeure très présente (bien qu’en effectifs très inférieurs à ceux du printemps et de l’été) avec des exemplaires “frais”.

Pré en lisière de la Forêt domaniale de Dreux ; biotope de Polyommatus icarus, Colias croceus, Pieris rapae, Vanessa cardui. Les hautes-Lisières, 12 septembre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pré en lisière de la Forêt domaniale de Dreux ; biotope de Polyommatus icarus, Colias croceus, Pieris rapae, Vanessa cardui. Les hautes-Lisières, 12 septembre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Maniola jurtina LINNAEUS, 1758, mâle, verso. Les Hautes-Lisières, 11 septembre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Maniola jurtina LINNAEUS, 1758, mâle, verso. Les Hautes-Lisières, 11 septembre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pré en septembre ; biotope de Polyommatus icarus, Colias croceus, Pieris rapae. Les hautes-Lisières, 12 septembre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pré en septembre ; biotope de Polyommatus icarus, Colias croceus, Pieris rapae. Les hautes-Lisières, 12 septembre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias alfacariensis RIBBE, 1905, femelle. Les Hautes-Lisières, 12 septembre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias alfacariensis RIBBE, 1905, femelle. Les Hautes-Lisières, 12 septembre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785, femelle. Les Hautes-Lisières, 12 septembre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785, femelle. Les Hautes-Lisières, 12 septembre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Lisière : champ et forêt. Les Hautes Lisières (Eure-et-Loir), 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Lisière : champ et forêt. Les Hautes Lisières (Eure-et-Loir), 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris rapae LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes Lisières, 7 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Pieris rapae LINNAEUS, 1758, mâle. Les Hautes Lisières, 7 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Inachis io LINNAEUS, 1758, verso. Les Hautes-Lisières, 7 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Inachis io LINNAEUS, 1758, verso. Les Hautes-Lisières, 7 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Inachis io LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 7 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Inachis io LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 7 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785, sur Lactuca serriola. Les Hautes-Lisières, 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785, sur Lactuca serriola. Les Hautes-Lisières, 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785. Les Hautes-Lisières, 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Colias croceus FOURCROY, 1785. Les Hautes-Lisières, 8 octobre 2009. Lorsqu’un nuage masque le soleil, le Souci se réfugie parmi les herbes. Photo : J.-M. Gayman

Issoria lathonia LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes Lisières, 8 octobre 2009. Photo : Jean-Marc Gayman

Issoria lathonia LINNAEUS, 1758, femelle. Les Hautes Lisières, 8 octobre 2009. Photo : Jean-Marc Gayman

Clairière en Forêt de Dreux, 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Clairière en Forêt de Dreux, 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa atalanta LINNAEUS, 1758, dans une clairière en Forêt de Dreux, 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa atalanta LINNAEUS, 1758, dans une clairière en Forêt de Dreux, 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Chemin forestier, les Hautes Lisières, 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Chemin forestier, les Hautes Lisières, 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa cardui LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Vanessa cardui LINNAEUS, 1758. Les Hautes-Lisières, 8 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Macroglossum stellatarum LINNAEUS, 1758, Sphingidae. Les Hautes Lisières, 7 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Macroglossum stellatarum LINNAEUS, 1758, Sphingidae. Les Hautes Lisières, 7 octobre 2009. Photo : J.-M. Gayman

Localisation des photos 2009

Localisation des photos 2009

Tableau récapitulatif des rhopalocères observés en 2009
Les données (période, fréquence) ne valent que pour les Hautes-Lisières
Nom latinNom communMoisBiotopePhotographiéFréquence
Papilionidae
0aucun
Pieridae
1Pieris napiLa piéride du navet3 – 10tousXtrès commun
2Pieris rapaeLa piéride de la rave6 – 10tousXtrès commun
3Pieris brassicaeLa piéride du chou7 – 9plutôt forêtXcommun
4Anthocharis cardaminesL’Aurore4 – 5tousXassez commun
5Colias croceusLe soufré7 – 9plutôt prairiesXoccasionnel
6Colias alfacariensisLe fluoré7 – 9prés, prairiesXoccasionnel
7Gonopteryx rhamniLe citron4 – 10partoutXassez commun
8Leptidea sinapisLa piéride de la moutarde6forêtrare
Lycaenidae
9Satyrium ilicisLa thécla de l’yeuse7partoutXoccasionnel
10Callophrys rubiL’Argus vert5jardin et ?Xrare
11Lycaena phlaeasLe cuivré commun7 – 9partoutXcommun
12Celastrina argiolusL’azuré des nerpruns5 – 7partoutXcommun
13Aricia agestisLe collier de corail5 – 7prés, prairiesXcommun
14Polyommatus icarusL’azuré commun5 – 7prés, prairiesXcommun
Satyridae
15Melanargia galatheaLe demi deuil7partoutXtrès commun
16Coenonympha pamphilusLe procris5 – 9prés, jardinsXtrès commun
17Coenonympha arcaniaLe céphale6 – 9prés, jardinsoccasionnel
18Pararge aegeriaLe tircis4 – 10forêtXcommun
19Aphantopus hyperantusLe tristan6 – 7forêtXcommun, localisé
20Maniola jurtinaLe myrtil6 – 7partoutXpléthorique
21Lasiommata megeraLa mégère5 – 9jardins, présXoccasionnel
22Pyronia tithonusL’amaryllis7forêt, présXcommun
Nymphalidae
23Apatura irisLe grand mars changeant7forêtXlocalisé, rare
24Apatura iliaLe petit mars changeant7forêtXlocalisé, peu commun
25Ladoga camillaLe petit sylvain7forêtXlocalisé, commun
26Araschnia levanaLa carte géographique5 – 7forêt surtoutXlocalisé, commun
27Vanessa atalantaLe vulcain3 – 10partoutXcommun
28Inachis ioLe paon du jour3 – 9partoutXtrès commun
29Aglais urticaeLa petite tortue6-7forêtXrare
30Nymphalis polychlorosLa grande tortue3 – 7partoutrare
31Vanessa carduiLa belle dame ou vanesse des chardons4 – 7partoutXtrès abondant en 2009
32Polygonia c-albumLe Robert-le-diable4 – 10forêt surtoutXcommun
33Argynnis paphiaLe tabac d’Espagne7forêtXrare
34Issoria lathoniaLe petit nacré7 – 9forêt surtoutXoccasionnel
35Mellicta athaliaLa mélitée des mélampyres7 – 9forêtXoccasionnel
Hesperiidae
36Carcharodus alceaeL’hespérie de l’alcée5 – 8prés, prairiesXplutôt commun
37Pyrgus malvaeL’hespérie de la mauve5 – 8prés, prairiesXoccasionnel
38Ochlodes faunusLa sylvaine5 -8forêt et présXcommun

 

7 réponses

  1. Yvan Diringer
    |

    Beau travail Jean-Marc !
    Voilà assurément un exemple à suivre.

    Le Polyommatinae en photo avant A. agestis est un mâle de P. icarus.

  2. O Pequin
    |

    Très bel article ! Et bravo pour les magnifiques photos d’Apatura.

  3. L. Diringer
    |

    Bravo Jean Marc,
    Voilà une façon très pédagogique et fort remarquablement illustrée de faire un inventaire de la faune des papillons d’une localité.
    Louis

  4. Xavier
    |

    C’est superbe Jean-Marc !
    Assurément très utile pour tout le monde. Les photos sont belles et comme le note Louis, c’est pédagogiquement (et techniquement) parfaitement réalisé.
    Xavier

  5. Jean-Marc GAYMAN
    |

    Beetlehorn a rédigé ce qui suit sur la page : http://www.insectnet.com/dcforum/DCForumID25/348.html#7

    Wow ! Those pictures really take me back because they remind me of Germany so much. The habitats, and butterflies are exactly the same as the ones I encountered when I was a kid. I also encountered the Apatura and Limenitis species, including L. populi. I wonder if their populations are higher in Russia because of less woodland fragmentation ? If you look at Google Earth, it is obvious that there are much more extensive forests in Russia. I encountered these Nymphalids on a semi regular basis in Bavaria, not by any means common. This was during 1972-1977. I wonder about their status now. I would suppose that the populations are higher in certain areas of Europe. Thanks for posting all these great photos, they are appreciated. Tom

  6. voisin
    |

    Espèces courantes mais très bonnes photos. J’aime beaucoup celles des Apatura. Attirés avec des appâts ?

  7. Jean-Marc GAYMAN
    |

    Non ! Les Apatura présentés sur cette page n’ont pas été attirés par des appâts. L’A. ilia s’était posé pour “mud-puddler” sur une flaque de boue. Quant à l’A. iris, il prenait la chaleur sur une plaque de mousse.

    Cela dit, ces papillons raffolent des excréments de chien ou des fromages très fermentés.

Répondre