» » Parnassinae d’Anatolie orientale

Parnassinae d’Anatolie orientale

allancastria_deyrollei_oberthur-1869_ovacik_turquie_voisin_mai_2015
Allancastria deyrollei Oberthür, 1869, mâle. Ovaçik (Tunceli, Turquie), mai 2015. Photo : L. Voisin

 

 

par Laurent Voisin

Le sud est de la Turquie, sous la diagonale anatolienne, est sur le plan biogéographique en continuité avec l’Iran. Ces régions du Kurdistan accueillent plusieurs espèces et sous-espèces de Parnassiinae peu répandues.
Un court séjour du 14 au 16 mai 2015 m’a permis d’observer dans la même localité trois espèces intéressantes. Sur les conseils des membres de l’association turque Adameros Kelebek (M. Zenel Cebeci), je me suis rendu à Ovaçik, petite bourgade de la province de Tunceli, proche de l’aéroport de la ville d’Elazig. À l’extrémité de la vallée de la rivière Munzur (Parc national), j’ai été accueilli chaleureusement et efficacement guidé sur deux sites très intéressants par une photographe de papillons, Mme Seyhan Yurek (dont le mari a amicalement servi d’interprète en anglais). Pour les identifications des imagos, chenilles et plantes hôtes, M. Frédéric Carbonell, excellent connaisseur des espèces kurdes entre autres, a répondu avec le plus grand dévouement à mes multiples interrogations et m’a beaucoup appris.

Ce petit reportage illustre par l’exemple d’un site limité la présence de ces espèces dans ces très vastes régions montagneuses.

carte1
Ovaçik au Kurdistan (Tunceli, Turquie orientale)

 

carte_biotopes
Situation des biotopes 1 et 2, aux environs d’Ovaçik. Biotope 1 : berges de la rivière Munzur, 1235 m d’altitude. Biotope 2 : moraine à 1500 m d’altitude, dans une vallée au sud-ouest du Munzur Daglari (3000 m).

Ovacik_kurdistan_turc_mai_2015_voisin
La bourgade d’Ovaçik vue depuis le nord (Tunceli, Kurdistan turc), mai 2015. Photo : L. Voisin

Biotope 1

Le premier biotope étudié est situé entre l’agglomération et la rivière, il s’étale sur plusieurs kilomètres sur différents niveaux de terrasses alluviales. Les zones les plus plates sont occupées en pâturage extensif, sans clôture. Certaines parties peu pentues, comme la plupart des talus de terrasses alluviales, sont très caillouteuses, beaucoup de galets affleurent. C’est sur ces terrains que l’on trouve en abondance l’aristoloche Aristolochia bottae Jaub. & Sp, en fleurs à cette saison. L’altitude est d’environ 1200 m. Ce biotope se réduit plus en val avec l’entrée dans une zone de gorges. Vers l’amont il s’interrompt alors que la vallée se rétrécit de nouveau, avec une nette rupture de pente.

Biotope 1 : zone peu pentue non loin de la rivière Munzur, mai 2015. Photo : L. Voisin
biotope1_munzur_mai_2015_voisin
Biotope 1 : talus non loin de la rivière Munzur, mai 2015. Photo : L. Voisin

 

aristolochia_bottae_ovacik_mai_2015_voisin
Aristolochia bottae. Abords de la rivière Munzur, Ovacik (Kurdistan, Turquie), mai 2015. Photo : L. Voisin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bottae2 - copie
Aristolochia bottae en fleurs. Abords de la rivière Munzur, Ovacik (Kurdistan, Turquie), mai 2015. Photo : L. Voisin

 

 

 

 

À la mi-mai, les espèces du genre Archon sont en fin de vol, et en particulier A. apollinaris (Staudinger, 1892). En revanche on observe facilement des petites chenilles, ou avec un peu de chance des œufs.

oeufs_allancastria_deyrollia_ovacik_mai_2015_voisin
Oeufs d’Allancastria deyrollei sur Aristolochia bottae. Ovaçik, mai 2015. Photo : L. Voisin

 

Les petites chenilles se dissimulent dans une feuille dont les bords sont collés avec de la soie, les feuilles occupées sont en partie flétries ce qui permet de dénicher facilement les chenilles.

chenilles_allancastria_deyrollei_sur_aristolochia_bottae_ovacik_mai-2015_voisin
Chenilles d’Allancastria deyrollei sur aristolochia bottae. Ovaçik, mai 2015. Photo : L. Voisin

 

chenille_archon_apollinus_armeniacus-(Sheljuzhko-1925)_ovacik_mai_2015_voisin2
Chenille d’Archon apollinus armeniacus (Sheljuzhko,1925). Ovaçik, mai 2015. Photo : L. Voisin

 

chenille_archon_apollinaris_ovacik_mai_2015_voisin
Chenille d’Archon apollinaris. Ovaçik, mai 2015. Photo : L. Voisin

 

 

chenille_archon_apollinaris_ovacik_mai_2015_voisin2
Chenille d’Archon apollinaris. Ovaçik, mai 2015. Photo : L. Voisin

J’ai eu la chance d’observer la ponte d’une femelle apollinaris.

archon_apollinaris_(staudinger-1892)_femelle_ovacik_mai_2015_voisin
Archon apollinaris (Staudinger, 1892), femelle très frottée, quasi transparente. Ovaçik, mai 2015. Photo : L. Voisin

 

archon_apolllinaris_femelle_pondant_ovacik_mai_2015_voisin
Archon apollinaris (Staudinger, 1892), femelle occupée à pondre sur aristoloche. Ovaçik, mai 2015. Photo : L. Voisin

Les poils sous les palpes labiaux noirs sont de couleur crème (entièrement noirs chez A. apollinus).

archon_apollinus_armeniacus_(Sheljuzhko-1925)_male_ovacik_kurdistan_mai_2015_voisin
Archon apollinus armeniacus (Sheljuzhko, 1925), mâle. Ovaçik (Kurdistan), mai 2015. Photo : L. Voisin

 

archon_apollinus_armeniacus_(Sheljuzhko-1925)_male_ovacik_kurdistan_mai_2015_voisin2
Archon apollinus armeniacus (Sheljuzhko, 1925), mâle. Ovaçik (Kurdistan), mai 2015. Photo : L. Voisin

Les individus de l’espèce Allancastria deyrollei Oberthür, 1869 sont nombreux et très frais, et butinent les nombreuses fleurs du site. Pas de ponte observée, mais a priori ils utilisent la même plante hôte.

allancastria_deyrollei_oberthur-1869_male_ovacik_turquie_voisin_mai_2015
Allancastria deyrollei Oberthür, 1869, mâle. Ovaçik (Turquie), mai 2015. Photo : L. Voisin
allancastria_deyrolle_oberthur-1869_femelle_ovacik_turquie_voisin_mai_2015
Allancastria deyrollei Oberthür, 1869, femelle. Ovaçik (Turquie), mai 2015. Photo : L. Voisin

 

 

D’autres espèces vues sur le biotope 1 :

pontia_edusa_(fabricius-1777)_ovacik_mai_2015_voisin
Pontia edusa (Fabricius, 1777). Ovaçik, mai 2015. Photo : L. Voisin
colias_croceus_(fourcroy-1785)_ovacik_mai_2015_voisin
Colias croceus (Fourcroy, 1785). Ovaçik, mai 2015. Photo : L. Voisin
colias_erate_(esper-1805)_ovacik_mai_2015_voisin
Colias erate (Esper, 1805), femelle. Ovaçik, mai 2015. Photo : L. Voisin
colias_erate_(esper-1805)_femelle_ovacik_mai_2015_voisin
Colias erate (Esper, 1805), femelle. Ovaçik, mai 2015. Photo : L. Voisin

Biotope 2

Le second biotope exploré est éloigné du premier d’une dizaine de kilomètres vers le nord, au pied des montagnes qui entourent la plaine d’Ovaçik et culminent vers 3000 m d’altitude. Il s’agit des flancs sud d’une moraine glaciaire, avec des sols également très caillouteux, vers 1500 m d’altitude. Les torrents, issus des hautes montagnes et traversant la plaine d’Ovaçik pour se jeter dans la Munzur, pourraient constituer des corridors écologiques entre ces deux milieux très différents sur le plan géomorphologique.

moraine_1500m_au_nord_ovacik_kurdistan_mai_2015_voisin
Moraine à 1500 m d’altitude au pied du Munzur Daglari (3000 m), au nord-est d’Ovaçik (Kurdistan), mai 2015. Photo : L. Voisin
vegetation_sur_moraine_1500m_nord_ovacik_kurdistan_mai_2015_voisin
La flore sur la moraine à 1500 m d’altitude au pied du Munzur Daglari (3000 m), au nord-est d’Ovaçik (Kurdistan), mai 2015. Photo : L. Voisin

La même aristoloche est découverte, toutefois beaucoup moins abondante et avec une floraison moins avancée. Aucune chenille n’est trouvée. Allancastria deyrollei est bien présent, et des individus du genre Archon également, vraisemblablement A. apollinaris (petite taille et usés). La présence de A. apollinus est incertaine sur ce biotope d’altitude.

bottae4 - copie
Aristolochia bottae sur éboulis morainiques (1500 m). Munzur Daglari, mai 2015. Photo : L. Voisin
allancastria_deyrollei_oberthur-1869_femelle_ovacik_1500m_turquie_voisin_mai_2015
Allancastria deyrollei Oberthür, 1869, femelle. Ovaçik, 1500 m (Kurdistan turc), mai 2015. Photo : L. Voisin
archon_apollinaris_(staudinger-1892)_male_ovacik_1500m_mai_2015_voisin
Archon apollinaris (Staudinger, 1892), mâle. Ovaçik, 1500 m (Kurdistan), mai 2015. Photo : L. Voisin

 

De très belles plantes sont fleuries à cette époque à Ovaçik, avec de nombreuses endémiques de la région. En aval, la forêt est parsemée de pivoines arbustives sauvages (vues depuis le minibus !)

muscari_tulipe_ovacik_mai_2015_voisin
À gauche : muscari (liliaceae) ; au centre : plante non identifiée ; à droite : tulipe sauvage. Ovaçik (Kurdistan), mai 2015. Photos : L. Voisin

Cette localité présente donc un exemple de sympatrie (au moins sur le biotope des bords de la rivière Munzur) des deux espèces voisines du genre Archon, ce qui n’est pas fréquent (F. Carbonell, communication personnelle). En revanche, la cohabitation de l’une ou l’autre avec Allancastria deyrollei ne serait pas rare. Les trois semblent en compétition sur la même aristoloche dans cette région, ce qui permettrait de comprendre un principe général d’exclusion au moins entre les deux espèces du genre Archon. L’hybridation n’est pas évoquée dans la littérature. Plus à l’ouest (grossièrement au-delà de la diagonale anatolienne), Archon apollinaris et vraisemblablement son aristoloche sont absents. Au contraire, Archon apollinus se retrouve très largement jusque dans les îles grecques côtières de la Turquie, et consomme d’autres espèces du même genre. Quant à Allancastria deyrollei, l’espèce cède sa place à A. cerisyi, très semblable en aspect de l’imago, plus loin à l’ouest et au sud dans les zones côtières de la Méditerranée.

Le cycle de A. deyrollei est assez nettement décalé dans la saison, ce qui permettrait une cohabitation plus facile avec l’un ou l’autre des Archon, respectivement à l’est et à l’ouest de la diagonale anatolienne.
Ces questions d’espèces proches plus ou moins inféodées à des plantes-hôtes exclusives ou non, permettent de distinguer facilement :

– un type d’espèce généraliste au niveau trophique, adaptée à des biotopes divers, parfois même secondaires ou dégradés, et ainsi répartie sur des aires très vastes (à l’extrême Papilio machaon), opportuniste et très peu vulnérable ;
– un type d’espèce spécialisée, adaptée à un biotope à fortes contraintes écologiques, et ainsi moins répandue (à l’extrême Papilio saharae), assez ou très vulnérable.

Il arrive donc que l’espèce généraliste vienne marcher sur les plates-bandes d’une espèce spécialisée, avec l’opportunité de sa polyphagie. On peut se demander s’il s’agit d’un retour suite à une inversion d’évolution climatique, dont la première phase aurait permis l’isolement génétique et la différenciation de l’espèce spécialisée? Des phénomènes d’introgression génétique seraient-ils alors favorisés ? L’espèce spécialisée serait-elle vouée à disparaître ? Beaucoup de questions posées par ces Papilionidae méditerranéens, pourtant peu nombreux en espèces indiscutables (une vingtaine).

D’autres espèces très proches mais séparées géographiquement sont à trouver sur leurs milieux spécifiques en Iran dans les montagnes du Louristan : Allancastria louristana Le Cerf 1908 et Archon bostanchii (décrit initialement comme Archon apollinaris bostanchii Freina et Naderi, 2003 ; puis élevé au rang d’espèce par Carbonell et Michel, 2007 : Archon bostanchii). C’est sans doute plus compliqué qu’au Kurdistan turc, actuellement très accueillant pour un touriste étranger.

Bibliographie

• Baytas, Ahmet, 2007. A field guide to the Butterflies of Turkey (guide compact avec bonnes photos de presque toutes les espèces, et répartition par régions).

• Frankenbach, T., Bollino, M. & Racheli T., 2012. Papilionidae XIV. Hypermnestra, Luehdorfiini, Zerynthiini. Goecke & Evers, Keltern.

• Hesselbarth et alii, 1995. Die tagfalter der Türkey (trois gros volumes avec une impressionnante collection de spécimens représentés en recto et verso, cartes précises et liste détaillée des références historiques de capture).

• Tshikolovets, V., 2011. Butterflies of Europe and the Mediterranean area (intéressant pour l’aire couverte mais avec des cartes de répartition des sous-espèces pas très lisibles et des photos nombreuses mais trop petites à mon goût).

Sites internet : http://www.adamerkelebek.org, excellent site de l’association AdaMerOs Kelebek – Butterflies of Turkey, communauté nombreuse de photographes répartis sur toutes les régions du pays
• http://www.trakel.org/kelebekler (site turc dédié aux photos de papillons)
• http://www.kelebek-turk.com (autre site de photos de papillons)

Remerciements

Aux membres de l’Association ADAMEROS KELEBEK pour les attentions qu’ils m’ont accordée, et particulièrement Mme S. Yurek, F. Carbonell pour ses conseils judicieux et expertises pointues sur mes questions de béotien, J-M. Gayman pour sa relecture et mise en forme attentives comme toujours.

vegetation_ovacik_mai_2015_voisin
Chardons. Ovaçik (Kurdistan), mai 2015. Photo : L. voisin

.

Répondre