» » Une chenille caraïbe

Une chenille caraïbe

Posté dans : Identification | 9

Notre ami JFC souhaite qu’on l’aide à identifier cette chenille photographiée par l’une de ses amies  dans l’île de St-Barthelemy (Antilles) à la fin de février 2010.

Merci de nous envoyer vos suggestions soit en cliquant ci-dessous sur “Déposez un commentaire” soit en utilisant le menu “contact” en haut de cet page.

Chenille photographiée à St-Barthélémy dans les Caraïbes, fin février 2010

Chenille photographiée à St-Barthélémy dans les Caraïbes, fin février 2010

Chenille photographiée à St-Barthélémy dans les Caraïbes, fin février 2010

Chenille photographiée à St-Barthélémy dans les Caraïbes, fin février 2010

Suite au commentaire (ci-dessous) placé par M. Gaboly, j’ajoute ceci (tiré de Google) :

pseudosphinx_tetrio.jpg

Chenille du Sphinx du Frangipanier, Pseudosphinx tetrio LINNAEUS, 1771. Forêt Balata en Martinique, 1983. Photo : Brigitte Uras

Chenille du Sphinx du Frangipanier, Pseudosphinx tetrio LINNAEUS, 1771. Forêt Balata (au nord de Fort-de-France) en Martinique, 1983. Photo : Brigitte Uras

Chenille de Pseudosphinx tetrio LINNAEUS, 1771. Station biologique des Nouragues, Guyane, 19 septembre 2008. Photo : Bruce Holst. http://picasaweb.google.com/BKHolst/BotanizingInFrenchGuianaWithTheBRIDGEProject#5400862267969511906

Chenille de Pseudosphinx tetrio LINNAEUS, 1771. Station biologique des Nouragues, Guyane, 19 septembre 2008. Photo : Bruce Holst. http://picasaweb.google.com/BKHolst/BotanizingInFrenchGuianaWithTheBRIDGEProject#5400862267969511906

Chenilles du Sphinx du Frangipanier, Pseudosphinx tetrio LINNAEUS, 1771. Villa Tunari-Chapare (Prov. de Cochabamba, Bolivie). Photo : J.-C. Petit

Chenilles du Sphinx du Frangipanier, Pseudosphinx tetrio LINNAEUS, 1771. Villa Tunari-Chapare (Prov. de Cochabamba, Bolivie). Photo : J.-C. Petit

9 réponses

  1. Jean-Marc GAYMAN
    |

    Compte tenu de la l’origine géographique (St Barth), je risquerais l’hypothèse qu’il s’agit de Jetseta pipoli, espèce extrêmement localisée et saisonnière.

  2. Michel Gaboly
    |

    C’est la chenille du Sphinx du Frangipanier, Pseudosphinx tetrio LINNAEUS, 1771. En fin de croissance, elle doit faire une bonne douzaine de cm.

    On la trouve sur le frangipanier et également sur les Allamanda, courants dans les jardins. Il existe plusieurs Allamanda. Personnellement, je ne l’ai vue que sur ceux à fleurs jaunes.

    La femelle peut pondre de très nombreux œufs sur un frangipanier, petit arbre décoratif de 3 ou 4 mètres de haut. Dans les années 80, j’ai vu au mois de juillet un frangipanier presque intégralement défolié par ces chenilles. Trois semaines plus tard, de nouvelles feuilles avaient poussé, et il n’y avait plus de trace des dégâts infligés par P. tetrio.

    Je suis en montagne en ce moment, sans documentation. De mémoire, selon « Les Papillons des Antilles Françaises » du Père Pinchon et de Paul Enrico, l’envergure de la femelle est extrêmement variable (9 à 16 cm), et leur hypothèse est que les plus petits exemplaires pourraient résulter de chenilles qui se seraient chrysalidées, malgré une insuffisance de nourriture, due par exemple au fait que deux femelles auraient pondu sur un même frangipanier.

  3. Jean-Marc GAYMAN
    |

    Dans les pays où le bouddhisme « Petit Véhicule » (Hinayâna) – Sri Lanka, Thaïlande, Laos – est répandu, on accède aux temples par des allées ombragées de frangipaniers. C’est pourquoi, l’arbre y est souvent nommé “temple tree”.

  4. Charmeux
    |

    Merci Jean-Marc ; merci Michel pour ta réponse rapide et exacte, de mémoire qui plus est. Le fait que le frangipanier en soit la plante-hôte m’enchante, ne connaissant rien de plus suave que le parfum de sa fleur.
    Merci à vous deux, je vais pouvoir briller en – haute société – sans citer mes sources évidemment !

  5. Jean-Marc GAYMAN
    |

    28 février, Bruce Holst m’écrit ceci :
    “Hi, I found the same caterpillar in French Guiana. Do you know the name ?
    http://picasaweb.google.com/BKHolst/BotanizingInFrenchGuianaWithTheBRIDGEProject#5400862267969511906

    Bruce Holst est botaniste. Voir son très intéressant album sur la Guyane (flore et faune) : http://picasaweb.google.com/BKHolst/BotanizingInFrenchGuianaWithTheBRIDGEProject#

  6. jean-claude petit
    |

    Deux informations complémentaires : j’ai effectivement vu cette chenille en Bolivie, dans le Chapare, à Villa Tunari.
    1 – l’arbre nourricier, là-bas, ne doit pas être un frangipanier (je suis nul en botanique) car il fait 10 à 15 m de haut.
    2 – toutes les chenilles de l’arbre (des centaines) descendent le même matin pour se cacher dans le sol et se chrysalider.

    Je ne sais pas comment joindre une photo à ce commentaire ; j’adresse donc cette photo directement à JMG.
    JMG : voir la photo ci-dessus.

  7. Brigitte Uras
    |

    Vous pouvez voir dans mon album Picasa des Antilles, la photo d’une chenille apparemment presque identique à la votre ! La photo a été réalisée dans la forêt tropicale de Balata (Arboretum) à la Martinique Cette photo date de 1983.
    Salutations Brigitte Uras !

  8. Michel Gaboly
    |

    Brigitte,

    Il s’agit de la même espèce, à un stade moins avancé (L3 ?). Chez certaines espèces de sphinx, la longueur de la corne est bien plus importante en proportion aux premiers stades de la chenille.

    Pseudosphinx tetrio est un cas typique, où la corne peut probablement dépasser le tiers de la longueur du corps.

    De mémoire, je pense avoir vu des chenilles d’environ 7 cm avec une corne d’au moins 2,5 cm.

  9. Brigitte Uras
    |

    Je dois avoir d’autres photos, soit dans mes diapos où mes argentiques. J’ai fait plus de 5000 photos lorsque j’habitais à Fort-de-France. Peu à peu je formerai ce dossier sur les Antilles de 1983. Mes filles allaient à l’école de Coridon … Nous avons garder de très bons souvenirs de la Martinique ! Depuis le temps, il y a du avoir du changement ! Nous avons vu d’autres chenilles orangées ou jaune. Et aussi des scolopendres de 15 cm environ ! Salutations Michel !

Répondre