» » Vanités : la récurrence du papillon

Vanités : la récurrence du papillon

Posté dans : Art | 3

Affiche de l'Exposition C'est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst. Musée Maillol, 2010.

Affiche de l’Exposition C’est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst. Musée Maillol, 2010.

Nous avons visité l’exposition “C’est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst“, au Musée Maillol
(3 février au 28 juin 2010).

61, rue de Grenelle, Paris 7e
Tous les jours de 10 h 30 à 19 heures, vendredi jusqu’à 21 h 30

Catalogue de l’Exposition aux Éditions Skira/Flammarion. Extrait (quatrième page de couverture) :

“La civilisation occidentale, à Pompéï comme dans l’antiquité gréco-romaine, a interrrogé notre fin dernière en multipliant les figurations du corps humain post-mortem. Memento mori : souviens-toi que tu vas mourir, disait-on à Rome. Mais c’est au XVIIe siècle, entre l’austérité de la Réforme protestante aux Pays-Bas et le dramatisme du style baroque naissant en Italie, qu’apparaît la Vanité. Art entièrement dévolu à la tête de mort at au squelette, cette édification morale et personnelle sur le caractère illusoire et vain des biens de ce monde connaît une grande diffusion, dépassant les Hollandais pour s’insinuer dans l’oeuvre de Caravage, de Zurbaran ou de Georges de La Tour. Cézanne marque à nouveau l’irruption d’un macabre délivré de tout pathos dans la peinture moderne, autorisant Picasso et les surréalistes à en tracer les nouveaux contours. À la fin du XXe siècle, des néo-Pop aux Young British Artists, et des néo-fauves allemandds aux graffistes new-yorkais, l’art le plus contemporain s’est attaché à cristalliser la vanité d’une civilisation. De Pompéï à Damien Hirst, “C’est la vie !” rend compte des métamorphoses d’une mort qui nous va si bien. À l’heure de la disparition de l’espèce programmée.”

Par excellence symbole de “vanité” (éclatant mais fragile, vivace mais éphémère), le papillon, de l’antiquité à la modernité, s’insinue, de manière récurrente, entre Eros et Thanatos. Souvent, opposé à l’absolu du crâne, il incarne l’individualité et la vitalité.

Memento mori : le crâne repose sur un papillon et sur une roue. Mosaïque polychrome, Pompéï, milieu du Ier siècle ap. J.-C. C'est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst : exposition au Musée Maillol, 2010. Photo : J.-M. Gayman

Memento mori : le crâne repose sur un papillon et sur une roue. Mosaïque polychrome, Pompéï, milieu du Ier siècle ap. J.-C. C’est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst : exposition au Musée Maillol, 2010. Photo : J.-M. Gayman

Michel Journiac : Rituel pour un mort (détail), 1978. Premier plan : divers crânes "objets" (XIXe & XXe siècles). C'est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst : exposition au Musée Maillol, 2010. Photo : J.-M. Gayman

Michel Journiac : Rituel pour un mort (détail), 1978. Premier plan : divers crânes “objets” (XIXe & XXe siècles). C’est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst : exposition au Musée Maillol, 2010. Photo : J.-M. Gayman

Michel Journiac : Rituel pour un mort (détail), 1978. C'est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst : exposition au Musée Maillol, 2010. Photo : J.-M. Gayman

Michel Journiac : Rituel pour un mort (détail), 1978. C’est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst : exposition au Musée Maillol, 2010. Photo : J.-M. Gayman

Tony Oursler : The Flame, 1998. C'est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst : exposition au Musée Maillol, 2010. Photo : J.-M. Gayman

Tony Oursler : The Flame, 1998. C’est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst : exposition au Musée Maillol, 2010. Photo : J.-M. Gayman

Philippe Pasqua : Crâne aux Papillons, 2006. C'est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst : exposition au Musée Maillol, 2010. Photo : J.-M. Gayman

Philippe Pasqua : Crâne aux Papillons, 2006. C’est la vie ! Vanités de Pompéï à Damien Hirst : exposition au Musée Maillol, 2010. Photo : J.-M. Gayman

3 réponses

  1. Michel Belloin
    |

    Pour The Flame, 1998 de Tony Oursler, quel est le mécanisme donnant une ombre ressemblant à un papillon en vol ?

  2. Jean-Marc GAYMAN
    |

    Mécanisme donnant une ombre ressemblant à un papillon en vol ? Il s’agit tout simplement d’une projection (le projecteur étant placé sur le sol entre les visiteurs et l’installation).

  3. Michel Belloin
    |

    Évidemment c’est très simple ; pourquoi suis-je allé chercher une explication compliquée ?

Répondre